Pratique des langues ivoiriennes en ligne : entre effort et confort

Les Réseaux Sociaux Numériques ont modifié en profondeur les pratiques discursives et interactionnelles de leurs utilisateurs, notamment en ce qui concerne le versant scriptural. Aussi, compte tenu de l’inadéquation entre l’Alphabet Phonétique International et celui des langues ivoiriennes, se pose-t-il un réel problème de transcription de ces langues au cours des différentes interactions en ligne. Par ailleurs, il n’existe pas à ce jour de clavier doté de caractères affordant une transcription fidèle des sons desdites langues. Pour ce faire, les internautes se servent, bon gré mal gré, de l’alphabet latin en vue d’accommoder le dit à l’écrit. Cela dit, l’utilisation d’un alphabet déjà existant semble un recourt efficace pour fixer les langues ivoiriennes et faciliter leur usage en contexte numérique (J. Silué, 2010). A travers notre communication, nous nous proposions de faire une description du phénomène en vue de tirer la sonnette d’alarme sur la nécessité d’inventer et intégrer des signes diacritiques à l’outil numérique i.e des caractères phonétiques manquants aux claviers.

Téléchargez l’article ici



Citer ce billet
Djilé Donald (2019, 30 mai). Pratique des langues ivoiriennes en ligne : entre effort et confort. Technolinguistique. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uowi

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search